Partagez | 
 

 Matthew Cohen OU Corin Nemec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


MESSAGES : 127
METIER : Lieutnant de police
VOS ENVIES : Tuer ce démon. A tout prix.
SITUATION CIVIL : Célibataire
PSEUDO : Ken
CELEBRITE : Jensen Ackles

MessageSujet: Matthew Cohen OU Corin Nemec    Mar 26 Juin - 16:10



Romulus Blackwell

Millénaire ✿ Démon ✿ Célibataire
FEATURING Matthew Cohen OR Corin Nemec
FREE RESERVEDTAKEN
DATE ET LIEU DE NAISSANCE ✿ Jour/mois au choix, mais année 20 ap. J-C ORIGINES ET NATIONALITÉ ✿ Issu d'une lignée guerrière privilégiée romaine SITUATION AMOUREUSE ✿ A eu une femme, un enfant [Kenton Blackwell]. Il a usurpé le nom de famille de la mère ! Son nom de famille originel était Personafilius (fils de personne) POUVOIRS ✿ Pouvoirs démoniaques décuplés [télékinésie efficace et puissante, téléportation, intrusion dans les rêves]. Eau bénite démange un peu, rien de plus. Peut toutefois se faire bloquer dans des cercles, mais requiert un puissant exorcisme peu répandu et difficile pour l'extirper d'un corps. Ses yeux de démon ne sont pas noirs, mais jaunes. ACTIVITÉ(S) ✿ Au choix

that you and I were made for this.

Né au coeur de l'Empire Romain d'Occident vingt ans après la naissance de Jésus Christ, sous le règne de Tibère. Il fut donné à Romulus le nom de la légende de la fondation de Rome, car sa mère, une aristocrate romaine qui hérita de la fortune d'un père commerçant dans le tertiaire, accoucha de jumeaux. Inutile de préciser que son frère obtint le nom de Romus.
Son père quant à lui était général de la légion Augusta, fortement réputée, et bénéficiait des faveurs de l'Empereur.

Bref, une parfaite idylle familiale, avec une mère fortunée, et un père hautement estimé et reconnu.

Néanmoins, qui disait richesse et prestige social ne voulait pas forcément dire bonheur assuré. Effectivement, ayant une mère passive, faible, soumise totalement à un mari militaire, professionnel, certes, mais à ses heures hors service complètement ivre et violent, les deux garçons vécurent une enfance assez traumatisante.

Ne recevant de leur père que de la haine irrationnelle, celle de n'être que des petits garçons, pour le moment inapte au service, ce qui était un grand reproche à faire de son point de vue, et de leur mère que des larmes d'excuse semi-sincère, les garçons devinrent très vite très liés et vécurent cet enfer ensemble.

Rien ne les séparait, Romus et Romulus étaient toujours vus ensemble, autant en train de jouer que de manigancer de sales coups aux autres nobles, quitte à subir les représailles de leurs parents (après tout ça valait le coup, pour eux, c'était tant amusant). Car oui, s'amuser, vivre leur jeunesse, c'était tout ce à quoi ils aspiraient.

Les conquêtes de l'Empire, la domination de toutes ces régions, l'asservissement de tous ces peuples... ils n'en avaient strictement rien à faire, et ne ressentaient aucune fierté particulière à être nés romains. Ce que leur père ne sut comprendre. Et ce qui ne fit qu'aggraver de plus belle cette relation père-fils déjà tant torturée.

Coups. Blessures. Torture même était au rendez-vous au moindre écart de comportement (quand bien même les garçons n'avaient fait que de respirer trop fort). Quand Romus, le plus jeune, faisait une bêtise, Romulus en assumait la responsabilité, serrait les dents, et encaissait sans broncher les coups de son géniteur, sous l'oeil effaré de son petit frère, qu'il adorait plus que tout.

Ce qui permettait à Romulus de subir la douleur sans sourciller, c'était qu'il savait qu'ensemble ils survivraient à cet Enfer. Et qu'un jour, les choses iraient mieux.

Il avait tort.

En l'an 37, alors que les deux petits garçons étaient devenus des jeunes hommes, qui avaient vécu le traumatisme de la guerre et des conquêtes romaines, et qui avaient décidé de déserter la légion romaine, un nouvel empereur vint au pouvoir. Son nom : Caligula. Toute Rome avait soutenu la candidature de cet homme, sous la surveillance du Sénat. Tous voulaient le voir au pouvoir. Quelle grande erreur.

Une politique autrement plus sévère fut mise en place, en peu de temps. Et bientôt, il fut ordonné de tuer tous les ennemis de l'Empire, dont les déserteurs.

Aussi, des hommes furent mandatés, pour retrouver Romus et Romulus, qui se refusaient de massacrer des civils sous prétexte d'épancher le territoire romain déjà gigantesque.

Hélas, ils ne purent poursuivre leur escapade bien longtemps, car quelqu'un les retrouva. Qui ?

Leur père.

Les fils, en revoyant leur paternel, et ayant vécu ensemble, sans leurs parents, une vie plutôt agréable, avaient pardonné ses erreurs, et avaient tiré un trait sur leur enfance. Ils furent quelque part heureux de le retrouver, et voulurent tout recommencer, à zéro.

Leur géniteur accepta, leur sourit, ouvrit ses bras d'une manière chaleureuse que Romus et Romulus n'avaient encore jamais connue. Le plus jeune, pris sous l'émotion d'avoir l'impression que son père l'aimait, s'en alla dans ses bras.

Au même moment, alors tout sourire, Romulus remarqua une lame sortir du glaive de son père. Il n'eut même pas le temps d'alerter par un cri désespéré son frère, que la lame se planta directement dans son coeur.

Le cadet s'effondra, tandis que l'aîné le recueillit, amortissant sa chute, des larmes de haine coulant sur son visage. Romus accorda à son protecteur un dernier regard reconnaissant d'avoir veillé toutes ses années sur lui, puis expira, tout soudainement.

Romulus resta choqué. Pendant que le père respirait bruyamment, le visage rouge. La lame se leva à nouveau, et s'apprêta à faire couler le sang de sa propre chair une seconde fois. Mais les réflexes bien plus alertés de Romulus empêchèrent le poignard de se loger dans sa poitrine, et le retourna contre celle de son père. Il tourna le manche, le regard animé d'une haine incomparable, et mit fin à la vie d'un militaire plus amoureux de sa patrie que de sa famille.

Et les cris jaillirent. Les pleurs d'autant plus.

Romulus enterra le frère qu'il avait tant voulu protéger, qu'il avait tant aimer. Il allait se recueillir chaque jour sur sa tombe improvisée, au détriment de celle de sa mère, qui mourut peu de temps après de chagrin. La fortune familiale ayant été repêchée par l'Empereur, Romulus se retrouva sans fonds, seul, fauché donc, sans emploi. Il erra plusieurs jours dans la citée richissime, observant les gens, et n'y cachant pas son dégoût de toutes ses familles heureuses.

Oui. Peu à peu, la jalousie, la rancoeur s'immisçaient dans son coeur et le transformèrent, à feu doux.

Autrefois traumatisé des massacres qu'il avait dû perpétrer en tant que légionnaire, il n'hésitait plus à massacrer violemment ceux qui tentaient de se mettre en travers de sa route, ou les soldats qui le reconnaissaient en tant que déserteur.

Il savait que c'était mal. Mais peu lui importait, la vie sans son frère était... invivable. Mais, par remords de tous ses actes barbares, il entreprit d'aider à renverser Caligula, pour se racheter des vies prises, quand bien même c'était par légitime défense.

Suite à cette envie de repentir, il s'associa à la garde prétorienne en 41, et alla assassiner l'espèce de dictateur sanguinolent et mégalomane qu'était Caligula, à Rome.

Son dernier acte en tant que meurtrier accompli, il décida de mettre un terme à cette vie qui n'était plus vivable, sans la présence de la seule personne qui ait vraiment représenté une famille à ses yeux.

Mais, alors même qu'il allait ingurgiter une gorgée de vin couplée au cyanure, une jeune femme apparut. Elle lui sourit. Et ses yeux devinrent rouge.

Etrangement, Romulus fut plus intrigué qu'effrayé, et délaissa la coupe. La demoiselle se rapprocha de lui et lui affirma d'une voix assurée qu'elle pouvait "faire revenir son frère".

Et l'instant d'après, un baiser était fait, pour sceller un pacte avec le Diable.

Et Romus, revenant d'entre les morts, vint trouver, complètement perturbé, son frère.

A nouveau, ensemble ils vécurent. Dix ans. L'âme de Romulus, contre dix ans de bonheur avec son petit frère. L'homme n'avait pas hésité une seule seconde.

Ils voyagèrent beaucoup ensemble, rencontrèrent beaucoup de civilisation, celle parthienne, ancienne Mésopotamie, l'Egypte...

A nouveau, le bonheur était présent, et pas un seul jour Romulus vint à regretter d'avoir vendu son âme contre le retour de son jumeau, qui était à ses yeux, beaucoup plus précieux que n'importe qui d'autre.

Mais hélas, le bonheur étant une notion temporaire, il y eut du changement.
Romus trouva l'amour, et commença à délaisser son frère.

Non conscient du sacrifice fait par Romulus, Romus devint de plus en plus distant, et commença à fonder une famille. Ce que ne supporta pas Romulus, qui, incapable de tuer sous le coup de la colère son cher petit frère, assassina tout bêtement sa femme, et son enfant. Pour se venger. Pour lui montrer qu'il ne pouvait pas se détacher de lui.

Romus n'eut toutefois pas cette même dévotion familiale, et répliqua. Une sanglante bataille fit rage. Elle se conclut par le décès prématuré de Romulus, alors poussé par Romus contre un mur de pierre, lui brisant la nuque. Il lui restait encore 2 ans à profiter de sa vie. Deux ans à vivre le bonheur... et il se retrouvait la nuque brisée, le corps ballant, contre un mur, tandis que Romus se suicida sous le coup du remord... ce qui sépara définitivement les deux âmes complémentaires qu'étaient les jumeaux.

Ce fut ainsi que Romulus fit le grand plongeon, celui qui le lança dans le pire des endroits. L'Enfer.

Là-bas, toutes les âmes recueillies se voyaient ouvrir de toute part, par un démon. Une table. Des chaînes qui traversaient des chairs qu'on pouvait ressentir, malgré notre mort.

Des cris, en permanence. Une fournaise incroyable.

Et des coups de petite lame qui s'enfonçaient dans le corps pour dépecer un à un tous les organes, jusqu'à ce qu'il ne restât plus rien. Jusqu'à ce que l'humain torturé était trop brisé, que tout son être n'était qu'un ramassis de chair et d'os.

Après quoi, l'humain retrouvait son corps intact.

Et tout pouvait recommencer.

Encore.

Et encore.

A moins d'à son tour prendre le scalpel, et de torturer les nouveaux arrivants. Offre qui était faite à chaque fois que le bourreau se trouvait face à sa victime.

Offre que Romulus déclina. Il résista durant trois ans à la tentation de torturer d'autres âmes, pour arrêter d'être torturé. Mais après cette durée, qui durait encore plus long en Enfer, à bout psychiquement, il accepta de commencer lui aussi à torturer des pauvres âmes, de se défouler à coups de scalpels sur elles.

Et c'est ainsi qu'il devint démon, et perdit réellement son âme.

Et, en 1945, lorsqu'une porte des Enfers fut par inadvertance ouverte, il s'extirpa du puits sans fond, et posséda le premier corps venu.

Sa vie de démon pouvait désormais commencer.

~~

Désormais, nous sommes en 1980, à San Diego. Romulus, ayant changé de nom, officie en tant qu'historien dans l'université de San Diego. Bien entendu, il a un métier car ça l'amuse, c'est sa passion. Mais le soir, il sort, il s'amuse, il torture des humains, il répand son poison d'être démoniaque comme n'importe lequel. Sauf qu'il n'est pas n'importe quel démon. Il figure parmi les grosses pointures. Et est sans conteste un des démons les plus craints dans l'univers surnaturel, à cause de sa réputation de "tortureur" ou de "bourreau de l'Enfer" et de ses pouvoirs plus puissants que la moyenne dûs à son âge millénaire.

Certains chasseurs parlent de lui comme une légende, comme le général de l'armée des démons qui n'existe pas. Mais combien sont morts alors qu'ils lui lançaient de l'eau bénite, qui n'eut aucun effet, et qui se retrouvèrent les viscères à l'air.

Car oui, désormais Romulus est un démon, un vrai. La personnification du Mal, en personne.

Cependant, il se rappelle ce que c'est d'être un être humain, et c'est ce qui le rend encore plus torturé et haineux. Il essaya, durant cette année 1980 de retrouver cette parcelle d'humanité qui lui manquait tant. Il essaya ce qu'il n'avait jamais osé faire.

Tenter d'agir comme un humain.

Trouver une femme, fonder une famille.

Il en trouva une, rencontrée lors d'une chasse, mais mentit quant à sa vraie nature. Il se fit donc passer pour un chasseur. Et ensemble, ils vécurent une petite idylle. Ils étaient un couple de chasseurs. Qui luttait ensemble contre le mal.

Ensemble

La sensation d'être à deux lui avait manquée, néanmoins, il ne sut l'apprécier.

Il était un démon après tout, il ne pouvait pas ressentir de la joie à voir sa femme au ventre rond, alors qu'elle attendait leur enfant, en 1984.

Aussi, il abandonna le tout. Sans crier gare. Sans rien dire, sans même se retourner.

La femme accoucha seule, éleva seule son enfant qu'elle aima de tout son coeur, et à qui elle ne parla jamais du père, comme s'il fût un sujet tabou.

Car, étant une vraie pisteuse, elle pensa qu'une créature avait enlevé/tué son tendre. Aussi, elle fit d'énormes recherches, et laissait de côté son petit garçon pour se concentrer sur cette intensive recherche.

Qui finit par la conduire à Romulus.

Qui cette fois ne lui cacha pas sa vraie nature. La demoiselle fuit, se barricada. Mais le sel était inefficace, avec un démon aussi vieux. Aussi, le 13 novembre 1995, il pénétra la maison, alors que leur fils était à l'école, et se décida à détruire celle qui représentait la part d'humanité qu'il avait essayé de retrouver, et qui avait conclu à un échec.

Il la tue comme pour réprimander cette envie d'être à nouveau humain, comme pour enterrer définitivement tous ses souvenirs en tant que fils, grand frère. Couper tous les ponts avec une micro et infime partie de bonté en lui, pour être ce qu'il était réellement : une créature du Diable.

Le Diable... désormais la seule personne à qui Romulus accordait un tantinet d'affection, puisque ce monde humain, qu'il continue de jalouser, mais qui le répugne comme des cafards, il veut le voir annihiler.

Aussi, il est de ceux qui veulent ramener Lucifer sur terre, et pour ça, il a de grands plans.


we were made to never fall away.

Niveau des liens il connaît la famille Morrow (Ksenia) et sait qu'il a un fils, Kenton Blackwell. Relation fils/père à développer en RP.

Autrement il est du genre torturé, certes, mais sait être épicurien (démoniaquement parlant). Donc sexe, alcool, goûts de luxe sont au rendez-vous. Ainsi que massacres. Et cours d'histoire à l'Université (son petit plaisir). Donc il est assez du genre à avoir plein de monde qui se dit qu'il est un gars ouvert, sympa, fêtard, pas coincé alors qu'il est prof. Ces gens sont loin de la vérité. Et quand ils l'apprennent, ils meurent.


Dernière édition par Kenton Blackwell le Mar 26 Juin - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


MESSAGES : 127
METIER : Lieutnant de police
VOS ENVIES : Tuer ce démon. A tout prix.
SITUATION CIVIL : Célibataire
PSEUDO : Ken
CELEBRITE : Jensen Ackles

MessageSujet: Re: Matthew Cohen OU Corin Nemec    Mar 26 Juin - 16:11

Alors alors !

A toi, petit invité qui a lu ce scénario, malgré sa longueur (mais comment abréger la vie d'un être vieux de 2000 ans ?), je te remercie !!

Si tu survoles seulement, et n'a pas encore tout lu, voici une petite vision globale du personnage :

Spoiler:
 

Tous les points clés de l'histoire sus-mentionnés sont indiscutables ! Néanmoins, si vous avez d'autres idées, je suis tout ouï et prêt à vous écouter !

Pour la personnalité de Romulus, vous êtes libre. J'ai ajouté en bas de l'histoire ses quelques traits, mais ceux-là peuvent être tout à fait discutés, selon la pertinence de vos propositions !

Pour les relations père/fils et autres, on attendra la validation de la fiche pour en discuter plus en profondeur !

Concernant l'avatar, deux acteurs sont pour moi possibles (qui ressemblent un peu à Jensen quoi), soit :

Corin Nemec :

Spoiler:
 

ou

Matthew Cohen

Spoiler:
 

Si vous avez une idée précise d'acteur en tête, je suis d'acc pour une discussion !

Autrement, il y a certains points qui doivent quand même être stricts et rigoureux sur le perso, hormis l'histoire

L'être que vous incarnerez est un démon vieux de quasiment 2'000 ans qui a torturé pendant cette même période des billions d'âmes en Enfer.

Donc, ce n'est pas n'importe qui.

Il est puissant.

ET c'est pour ça que j'exige que la personne qui veut le jouer ne soit pas un adepte du "Overgaming" ou qui croit que son perso est imbattable.

Certes, il a des pouvoirs démoniaques plus développés que la moyenne, il a des yeux jaunes qui montrent sa supériorité, l'eau bénite ne lui fait aucun effet (juste une petite piqûre de rien du tout).
MAIS il peut être tué par le Colt, ou autre arme antique, il peut être exorcisé et piégé comme n'importe quel démon même si la tâche est un peu plus hardie que la moyenne et si on brûle ses os d'humains (conservés dans un musée) il meurt également, comme n'importe quel démon.

Donc la personne qui voudrait prendre ce scénario devra être humble et consciente que sur un forum, personne n'est imbattable ! ( en plus, c'est plus fun à jouer, un perso fort, mais qui a ses faiblesses, plutôt qu'une espèce de bûche qui calcine tout en levant le petit doigt).

Voilà !

Je crois que tout est dit !

Hésitez pas à me MP pour toute autre question à laquelle j'aurais pas répondu !





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Matthew Cohen OU Corin Nemec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nothing But the Blood :: Beauty of the Dark-