Partagez | 
 

 VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


DEVIL'S TEMPTATION
L'expression "mort naturelle" est charmante. Elle laisse supposer qu'il existe une mort surnaturelle, voire une mort contre nature.

MESSAGES : 58
METIER : Homme d'affaires de l'ombre à la tête de multinationales reconnues et de nombreux porte-feuilles d'actions en Bourse. En somme il ne manque de rien mais préfère rester anonyme de ce côté là.
VOS ENVIES : Se venger, s'amuser avec sa poupée et profiter des plaisirs de Camden.
SITUATION CIVIL : Célibataire mais considère une certaine blondie comme sa propriété.
PSEUDO : Citizen •WaR ©
CELEBRITE : Chace Crawford

MessageSujet: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 9:30




SEVASTIAN VITALY-YURI VASSILI
980 ANS ✿ VAMPIRE ✿ CELIBATAIRE
FEATURING CHACE CRAWFORD
DATE ET LIEU DE NAISSANCE ✿ 8 Décembre 1032 à Tula dans l'Ancienne Russie. ORIGINES ET NATIONALITÉ ✿ Russes. SITUATION AMOUREUSE ✿ Éternel célibataire depuis la mort de sa créatrice. POUVOIRS ✿ celles des vampires ACTIVITÉ(S) ✿ Homme d'affaires de l'ombre à la tête de multinationales reconnues et de nombreux porte-feuilles d'actions en Bourse. En somme il ne manque de rien mais préfère rester anonyme de ce côté là.

hiding in the shadows.


~ Vitaly est quelqu'un de véritablement sadique quand il veut. Il aime jouer avec ses victimes, les séduire - sa gueule d'ange étant un atout considérable - pour voir ensuite la peur dans leurs yeux avant de les vider de leur sang. Ce n'est pas pour rien qu'il est surnommé le boucher ou encore el Diablo en Amérique Latine.
~ Il joue merveilleusement bien du piano et est très doué (en plus de s'y intéresser) dans le dessin, la peinture ou encore la sculpture.
~ Son alcool préféré est une bonne bouteille de vin français.
~ Il parle couramment le russe (l'ancienne langue et le nouveau), l'anglais, l'espagnol, l'italien, le latin, le français, le japonais et toutes autres sortes de dialectes morts ou peu connus.
~ C'est un fan de littérature et de musiques en tout genre.
~ Il déteste montrer ses faiblesses, préférant les cacher par un petit rictus moqueur.
~ Il ne supporte pas qu'on le prenne de haut et fait souvent payer le prix fort aux inconscients qui ont osé.




rolling in the deep.

PSEUDO OU SURNOM ▪ Citizen •WaR © ϟ AVATAR, CÉLÉBRITÉ ϟ Chace SEXY Crawford VOTRE ÂGE ϟ 21 ans SEXE ▪ femelle ϟ QUE PENSEZ-VOUS DU DESIGN ? ▪ j'adore je suis fan !!!! *O* ϟ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? ▪ Pub sur Bazzart ϟ PRÉSENCE SUR LE FORUM ▪ 7/7j


Dernière édition par S. Vitaly-Yuri Vassili le Dim 17 Juin - 14:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


DEVIL'S TEMPTATION
L'expression "mort naturelle" est charmante. Elle laisse supposer qu'il existe une mort surnaturelle, voire une mort contre nature.

MESSAGES : 58
METIER : Homme d'affaires de l'ombre à la tête de multinationales reconnues et de nombreux porte-feuilles d'actions en Bourse. En somme il ne manque de rien mais préfère rester anonyme de ce côté là.
VOS ENVIES : Se venger, s'amuser avec sa poupée et profiter des plaisirs de Camden.
SITUATION CIVIL : Célibataire mais considère une certaine blondie comme sa propriété.
PSEUDO : Citizen •WaR ©
CELEBRITE : Chace Crawford

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 9:30

the darkest side of me.
Ҩ Chapter One
C’était en l'an 1032 lorsque le jeune Vitaly, de son vrai nom Vitalyl Vassilinski, vînt au monde dans la maison familiale des Vassilinski. Selena et Sergeï espéraient tant une fille pour cette énième naissance mais ils furent une nouvelle fois gratifiés d’un cinquième garçon. Inutile de préciser alors ô combien sa venue n’était pas souhaitée, d’autant plus que la famine se faisait sentir à cette époque. L’idée donc d’une autre bouche à nourrir qui ne viendrait pas en plus combler leur attente, était loin d’être la bienvenue dans la famille que ce soit en ce qui concernait les parents ou les quatre autres garçons, jaloux de ses grands yeux bleus et de sa tête d'ange. En effet, trop nombreux à leur goût et bien trop soudés, les aînés ne voyaient pas non plus d’un très bon œil la venue du petit dernier. Et pour cause, il lui en ont littéralement fait baver d’être venu au monde. Était-ce sa faute ? Bien sûr que non, il n’avait pas choisi sa vie, pas plus que de pouvoir empêcher ses géniteurs de s’envoyer en l’air dans la grange alors qu’ils savaient pertinemment qu’il serait difficile d’élever un nouveau bambin si Selena tombait enceinte. Bande de crétins se permettait de penser Vitaly chaque fois qu’un semblant de mémoire de sa vie humaine remontait à la surface, chose qui était toutefois très rare, il faut le souligner. Ce dernier grandi alors dans une famille où il faisait office du vilain petit canard, sans cesse martyrisé et humilié par ses frères, exploité comme un vulgaire esclave et à peine considéré par son entourage. Bref le petite garçon vivait l'enfer, et il faut bien avouer que personne n'avait vraiment envie de l'aider. Rachitique à l'aspect blafard, Vitaly s'attelait quotidiennement à la tâche avec une rigueur parfois invraisemblable. Il aurait tout fait pour être aimé des autres mais apparemment rien n'y faisait, il avait beau accomplir leurs quatre volontés, il n'en demeurait pas moins un intrus au sein de cette famille.
Rejeté donc dans ce monde qui semblait vouloir le faire constamment souffrir, l'enfant grandi avec une rage bien enfouie, une volonté de vengeance dévastatrice qui le consumait de l'intérieur ; de pouvoir faire souffrir les autres autant qu'il avait souffert. Et pour cause, outre le fait d'avoir été considéré comme la pauvre Causette, Ismaël avait plus d'une fois été battu ou ridiculisé par une bonne partie du village dans lequel il vivait. Tula à l'époque était un petit patelin où il n'y faisait pas bon de rester plus d'une nuit tant les conditions étaient rudes. Pour s'alimenter, c'est bien simple, la plupart des habitants parcourait le trajet d'une journée à pieds pour rejoindre l'ancienne Moscou, la capitale, et pouvoir vendre ou acheter ce dont ils avaient vraiment besoin. En l'occurrence chez les Vassilinski, comme vous vous en seriez douté, c'était le jeune garçon qui devait s'en charger. C'était une tâche mensuelle à laquelle celui-ci ne perdait jamais de temps pour l'exécuter. En effet, certes le chemin était long et épuisant, mais une fois arrivée dans la capitale, le pauvre petit revivait. Plus personne pour lui dire quoi faire ou le rabaisser plus bas que terre. Ici, Ismaël existait et ne serait-ce que pour ça, il lui était souvent difficile de se résoudre à quitter cet endroit. Lors de son passage, il était considéré, apprécié parfois à sa juste valeur. Cependant après des années de calvaire comme les siennes, après ne s'être que très rarement ouvert ou exprimé aux autres de peur de recevoir des coups, le jeune russe était loin d'être à l'aise en conversation. Disons que ses longs silences en avaient parfois dérouté plus d'un. Pourtant il faut le croire, il n'aurait demandé que ça : discuter avec d'autres personnes, rire aux éclats, sourire à la vie. Mais le destin en avait décidé autrement. C'est pourquoi Vitaly était devenu une personne totalement introvertie, rarement souriante, au regard lourd de conséquences et avec une allure peu certaine. Même du haut de ses 22 ans à présent, le jeune homme paraissait peu robuste et affichait une mine qui jonglait perpétuellement entre la malnutrition et la maladie. Mis à part cet aspect peu flatteur, le souffre douleur possédait deux magnifiques iris d'un bleu azur renversant, des lèvres légèrement pulpeuses et rosées et un nez un tontiné aquilin. Ses cheveux couleur paille-châtain , toujours ébouriffés, venaient accentuer son teint spectrale. De taille moyenne et même s'il paraissait chétif au premier abord, Vitaly n'en restait pas moins robuste, durement gagné par toutes ces années de dur labeur.

Ҩ Chapter Two
Dans le mois qui précéda ses 22 ans, Vitaly dû une nouvelle fois se rendre dans la capitale afin d'aller acheter des sacs de farine pour la conception de pains et autres aliments céréaliers nutritifs aux besoins des Vassilinski. Pourquoi continuer à vivre ainsi ? Pourquoi ne pas s'enfuir avec l'argent destiné à acheter ses sacs ? Le cinquième garçon s'était plus d'une fois posé la question, croyez-le. Il avait envisagé à maintes reprise sa libération mais une incessante question venait le ramener à la raison : Où irait-il ? Si il avait trouvé la réponse, il y aurait bien longtemps qu'il se serait enfui, laissant ces misérables paysans à leur vie dénuée d'intérêt. Pour l'heure, Vitaly continuait d'obéir, mettant depuis sa naissance ses propres sentiments de côté.

C'était la fin d'après-midi lorsqu'il s'arrêta quelques minutes pour se reposer. Les derniers rayons de soleil s'exténuaient derrière un ciel mauve-oranger. Il venait de passer la moitié de la journée à déambuler dans les rues de la capitale afin de trouver ce pourquoi le blondinet avait été envoyé ici. Il était complètement épuisée et n'aspirait plus qu'à une chose à présent, fermer les yeux l'espace d'un instant et laisser son corps meurtri reprendre des forces pour le retour, car oui, il devait repartir sur le champ pour arriver à Tula en fin de journée.« Juste quelques minutes, pas plus », se promit-il, comme si en disant ces mots il cherchait à se trouver une excuse. Le jeune homme s'assoupit alors sur le rebord d'une fontaine qui servait de carrefour entre plusieurs petites ruelles et laissa la fatigue l'emporter un court instant. Ce fut la dernière fois qu'il put se prétendre de rêver.

(...)
Vitaly ouvrit les yeux d'un air surpris. Un cri strident venait de le sortir du pays des rêves. La nuit était tombée et il put se retrouver face à un ciel étoilé lorsqu'il revînt à la réalité. Contrairement à ce qu'on aurait pu croire, la première chose qui frappa le jeune russe fut sans conteste la tombée de la nuit. Combien de temps s'était-il assoupi ? 10 minutes ? 1 heure ? 2 heures ? Impossible de le savoir mais une chose était sûr, il n'avait que trop dormi. Alors qu'il venait de se lever en trombe, attelant déjà la charrette qui devrait le ramener dans son village, Vitaly fut à nouveau distrait par un autre hurlement. Il n'était certes pas très audible mais suffisant pour que celui-ci l'entende. Un mélange de curiosité et de peur l'envahit soudain. Devait-il poursuivre son chemin ou bien aller voir ce qui se passait ? En retard pour en retard, il savait pertinemment qu'il aurait le droit à un lynchage une fois rentré à Tula ; alors autant répondre à ce goût du danger inassouvi. Le maltraité, légèrement inquiet, laissa les sacs de farine et s'avança vers l'origine du bruit. Il avait cru l'entendre derrière l'une des petites ruelles du carrefour. A chacun de ses pas vers la source du cri, Vitaly sentait les battements de son cœur battre la chamade, prêt à exploser dans sa poitrine. Bizarrement, c'était bien la première fois de son existence que le pauvre imprudent se sentait vivant. Oui vivant, comme jamais il n'avait pu l'être auparavant. A croire que se mettre en danger lui procurait une dose d'adrénaline suffisante pour le sortir de sa torpeur habituelle.
Avançant à pas raisonnable, l'inconscient arriva enfin au coin de la ruelle et jeta un coup d'œil en travers. Ses yeux grisâtres s'écarquillèrent lorsqu'il aperçut l'horreur qui se tenait devant lui. Difficile de voir clairement avec cette nuit noire à peine illuminée par les astres. Mais même avec ces conditions, Vitaly put parfaitement distinguer une ravissante silhouette vêtue d'une robe et d'une sorte de manteau à la noblesse évidente en train de vider de son essence vitale le très probable propriétaire du cri strident. Il était complètement tétanisé, paralysé par la peur et stupéfait par la scène qui se déroulait sous ses yeux. Le malheureux semblait s'éteindre à petit feu car il avait cessé de se débattre et ses paupières s'étaient à présent fermées en un battement de cils. Le sang qui s'échappait de sa jugulaire continuait pourtant de couler à flot le long de son cou, permettant apparemment à son bourreau de se nourrir avec délectation.
Soudain, cette dernière s'arrêta d'un seul coup et releva la tête en direction de l'intrus. Elle avait senti sa présence. A cet instant précis, Vitaly compris qu'il fallait partir. C'est ce qu'il entreprit d'ailleurs de faire au moment où la main glaciale de la tueuse se retrouva par magie autour de son cou, le plaquant ainsi violemment contre l'angle du mur. Il était fait comme un rat et ne pouvait plus bouger. Comment une femme pouvait-elle être aussi forte ? Lorsque le jeune Vassilinski croisa le regard de son attaquante, la réponse lui devînt plus qu'évidente. Deux grosses pupilles d'un rouge vif le transperçaient de l'intérieur et du sang fraîchement séché s'était éparpillé un peu partout autour de sa bouche. Elle n'était pas humain, du moins elle ne semblait plus l'être depuis des décennies. Elle n'était pas humain, du moins elle ne semblait plus l'être depuis des décennies.
Vitaly aurait pu se débattre ou hurler comme la précédente victime mais la seule chose qu'il entreprit de faire fut de placer l'une de ses mains sur celle de son agresseur comme pour tenter vainement de s'extraire de son emprise. « Hummm … intéressant », laissa-t-elle échapper avec un sourire sadique aux bords des lèvres après avoir considéré un instant sa proie. Le prisonnier ne compris pas tout de suite ce qu'elle voulait dire par là, il était juste persuadé de subir le même sort que l'autre malheureux. Il savait qu'il aurait dû poursuivre son chemin et ne pas laisser libre cours à sa curiosité. Voilà ce à quoi cela l'avait mené : mourir ici, dans une ruelle sombre de la capitale, à peine âgé de 22 ans et n'ayant jamais vraiment vécu. C'était peut-être mieux ainsi pensa-t-il ; au moins dans les abysses de la mort personne ne viendrait lui retirer sa liberté. Il plongea alors dans les yeux de son assassin et s'abandonna à son destin. Mais le monstre semblait avoir trouvé une toute nouvelle utilité à sa proie. Alors que Vitaly s'y attendait le moins, elle relâcha son étreinte, le laissant ainsi tomber à terre avec une fragilité déconcertante. Le jeune russe était complètement perdu, il ne savait plus quoi penser face au comportement de cette femme au regard sanglant. Il s'était préparée à mourir et maintenant la faucheuse jouait avec ses émotions, mais dans quel but ? Le suspens fut de courte durée car déjà la tueuse s'approcha de son visage avec la même vitesse surhumaine que tout à l'heure ; elle était à présent à quelques centimètres de sa peau. La respiration de Vitaly se faisait de plus en plus forte et il luttait de tout son être pour empêcher son cœur d'exploser. « Comment t'appelles-tu ? » demanda alors l'assassin. Difficile de cerner ses expressions car sa peau était d'une blancheur éclatante et d'une dureté sans pareille. L'intrus prit une grande inspiration avant de répondre avec précaution : « Vitaly ». La dite meurtrière poursuivit son interrogatoire. « As-tu peur de la mort, Vitaly ? ». Le jeune homme hésita un instant avant de répondre. Toutes les fibres de son corps tremblaient à l'idée de céder ce mot de trois lettres. Puis finalement, sa pression lâcha avec une sévérité que l'on ne lui connaissait pas. « Non ». Avait-il bien répondu ou au contraire avait-il tout faux ? Peu importe car le prisonnier avait été plus qu'honnête, c'était sans doute la première fois qu'il agissait ainsi envers un inconnu, voir envers lui-même. Le monstre sembla satisfait de sa réponse et avec un sourire mystérieux qui laissait apparaître ses canines aiguisées tâchées de sang, elle murmura ces paroles : « Fort bien alors ... ». Et au même moment celle-ci se mordit le poignet et vint le porter à la bouche du garçon sans autre forme de procès. Il n'eut pas d'autre choix que d'en boire une partie avant qu'elle ne vienne lui briser la nuque en une fraction de seconde. L'ombre l'avait englouti, il était parti.

Ҩ Chapter Three
Lorsqu'il ouvrit les yeux de nouveau, son réveil fut tout de suite troublé par le clocher de la ville qui résonnait en écho dans toute la capitale. Il avait la perturbante sensation que celui-ci se trouvait juste à côté de son oreille mais au vue de l'endroit où cet dernier se trouvait, cela ne pouvait être possible. En effet, en dévisageant les lieux, Vitaly pu se rendre compte qu'il ne se trouvait pas à proximité du clocher mais bel et bien dans une chambre des plus luxueuse pour ce qu'il avait l'habitude de voir. La tapisserie était d'un beige clair et les meubles imprégnés d'or fin. Le possédé se sentait plus que mal à l'aise dans ces lieux. Il n'avait pas coutume d'admirer pareil décors et encore moins de se réveiller dans des draps aussi propres et parfumés. Il remarqua également qu'on lui avait ôté ses vieux habits pour les remplacer par une ravissante chemise ample agrémenté d'un pantalon en feutre marron. Si c'était ça la mort, Vitaly était alors plus qu'heureux d'avoir succombé au baiser de la faucheuse. Toutefois, plusieurs questions vinrent lui marteler l'esprit lorsqu'il se leva, un poil barbouillé d'avoir sauté du lit aussi vite. Que s'était-il passé ? Depuis combien de temps était-il là ? Et surtout où était passé la femme de son cauchemar ? A cette interrogation, le jeune homme sentit une nouvelle fois son ventre crier famine. Il avait faim, terriblement faim et venait à en oublier tout autre chose. S'en plus attendre, il ouvrit la porte de la chambre avec précaution et jeta un coup d'œil furtif dans le couloir. Personne en vue, il pouvait sortir. Mais alors qu'il exécutait ses premiers pas, une délicate odeur vînt lui chatouiller les narines. Fraîche, enivrante à souhait, il lui était impossible de résister et il partit donc à sa recherche. Ce doux parfum provenait des cuisines. Comment le savait-il ? Il lui était dans l'impossibilité de répondre mais le garçon avança le long du couloir, arpentant par la suite l'escalier menant au rez-de-chaussée, tout ceci bien sûr avec la grâce d'un félin.

Après un bon nombre de dédales et de recoins tous plus invraisemblables les uns que les autres, Vitaly arriva enfin à destination. La bête qui gisait au fond de son ventre accentuait encore plus son désir de se nourrir. Il poussa la porte qui faisait obstacle entre la créature et les cuisines, et poursuivi son chemin d'une conduite ensorcelée. Une fois entrée, la sublime odeur se fit plus imposante. Examinant la salle, il put constater à son plus grand soulagement qu'elle était vide, personne aux alentours pour l'interroger sur sa présence ici. Rapidement, le curieux se mit à fouiller dans tous les placards pour très vite tomber sur un reste de lard fumé. La bave lui coulait presque de la bouche et il déglutit pour ne pas s'étouffer. Son corps était si affamé qu'il en arrivait à ne plus contrôler aucun de ses mouvements. Sans plus attendre il extirpa le gigot et le posa violemment sur l'une des tables. L'envouté ne pouvait plus attendre. Il planta à la hâte ses deux mains dans la viande encore tiède puis arracha brutalement plusieurs morceaux avant de les ingurgiter directement. Le jeune russe prenait à peine le temps de les mâcher. Mais alors qu'il était sur le point d'avaler une énième tranche, une envie de rendre se faufila le long de sa trachée. Quelque chose bloquait, son corps n'arrivait plus à contenir la viande. C'est pourquoi dans un râlement répugnant, Vitaly se mit à contracter son larynx avec frénésie afin d'évacuer ce flux d'aliments. S'agrippant au plateau sur lequel était posé le lard, il finit par vomir toute ce qu'il avait englouti et dans le même élan laissa tomber le socle en porcelaine, le reste du gibier suivant de près. Essoufflé, le pauvre garçon ne comprit pas vraiment ce qui s'était passé. Il avait faim ; il semblait néanmoins que son organisme ne désire finalement pas une chose habituelle pour se nourrir. Il avait faim d'autre chose, une sensation nouvelle qui continuait de serrer son estomac avec un étau invisible.

Une domestique qui avait entendu tout ce brouhaha apparue de derrière une porte du fond de la salle. De part sa ravissante toilette, elle ne put que croire en sa noblesse, étant probablement l'un des hôtes de la résidence . Elle lui demanda alors avec une politesse à toute épreuve, manquant de faire une crise cardiaque à la malheureuse qui ne l'avait pas remarqué : « Tout va bien mon seigneur ? ». Elle aperçut alors les dégâts. « Oh mais que s'est-il passé ?! », tout en s'agenouillant pour ramasser les morceaux de porcelaine. « Pardonnez-moi, je ne voulais pas », finit par dire Vitaly, confus et gêné de la situation. Il n'était pas à sa place dans cette demeure. D'autant plus que la servante était remarquablement belle aux yeux du jeune homme. Au contact de la porcelaine aiguisée, celle-ci se coupa le doigt et émit un petit cri plaintif. A la vue du sang s'écoulant de la plaie fraîchement ouverte, Vitaly comprit enfin de ce dont il avait vraiment besoin. Du sang ! C'était donc ça qui faisait vibrer la créature depuis le début ? Était-ce cette onctueuse douceur qu'il avait senti de la chambre ? Il faut croire que oui car l'envie de sauter au cou de la charmante commis était de plus en plus irrésistible. Il se pencha à son tour, se retrouvant ainsi face elle. Celle-ci troublée par l'approche du noble ne put s'empêcher de le regarder fixement. Un homme de son rang ne devrait pas s'abaisser à un tel comportement, pensa-t-elle. « Laissez donc mon seigneur, n'en faite rien ». Si la pauvre enfant avait su ! Le russe n'était pas plus un noble qu'elle une princesse. Vitaly n'entendit même pas ses apaisantes paroles puisqu'il était bien trop omnibulé par l'hémoglobine. Il prit alors la main de la domestique avec un silence qui en aurait glacé plus d'un et sans trop savoir pourquoi son regard se posa irrémédiablement sur sa carotide. Il pouvait entendre les battements de son cœur traverser cette peau brûlante de vie. Il aurait tant voulu résister mais la pression était trop forte. « Je suis désolé ... », souffla-t-il alors entre deux pulsations. Ce fut la première et dernière fois que Vitaly s'excusa auprès de l'une de ses victimes. Sautant furieusement au cou de la servante, il put sentir ses canines s'allongeaient au contact de la chaire. Un flot immense de bien être l'envahit soudain lorsque le sang coula le long de sa gorge. L'enivrante délectation avait pris possession de lui devenant alors chimiquement impossible de s'en défaire. Ce fut un pur moment d'extase qui dura jusqu'à ce que sa victime cessa de se débattre.
Mais alors qu'il finissait de déguster son repas, des applaudissements se firent retentir derrière son dos. Surpris et totalement confus, Vitaly lâcha en un instant le cadavre et se retourna vers l'origine du bruit, du sang chaud coulant encore le long de sa bouche. « Bravo Vitaly, je vois que tu as trouvé les cuisines ! ». Les traits de son visage se stupéfièrent en dévisageant le rôdeuse. Ce n'était autre que le monstre de la ruelle, celle qui avait reproduit à l'identique la scène qui venait de se dérouler et qui lui avait infligé cette atroce agonie. A la lumière des bougies, il put l'apprécier davantage. Plutôt grande, fine et avec des courbes généreuses, elle possédait une longue chevelure bouclée à la couleur dorée. Ses yeux verts ne cessaient de l'observer. « Qui êtes vous et que m'avez-vous fait ? », demanda le nouveau tueur troublé et un poil en colère. L'hémoglobine avait coulé le long de ses lèvres et sa chemise, jadis d'un beige-blanc parfait, était à présent immaculée d'une couleur rougeâtre. Il pouvait encore sentir le sang de sa victime s'épanouir en lui. La femme afficha un nouveau sourire empli de satisfaction. « Je me nomme Ophélia et je t'offre une nouvelle vie ».

Ҩ Epilogue
Ophélia appris à Vitaly qu'il était finalement devenu un vampire et que pour se nourrir il avait besoin de sang. Elle lui enseigna tout ce qu'il devait savoir, le prenant sous son aile au cours de plusieurs siècles. Grâce – ou à cause d'elle - le nouveau-né devînt alors un buveur de sang redoutable, manipulateur, dangereux, à l'esprit toujours vif et prêt à tout pour s'amuser. Terminé le pauvre petit garçon faible et sans cesse martyrisé par ses semblables. Il était bien plus fort à présent et surtout immortel. La mort ne pouvait plus l'atteindre mais, lui, avait la possibilité de la provoquer comme bon lui semblait, d'un simple battement de cils. Ce qu'il n'omit pas de pratiquer au cours de ces décennies. En effet, quelques temps après sa transformation, Vitaly retourna à Tula où il massacra tous ses habitants et tortura jusqu'à ce que mort sans suive l'intégralité de sa chère famille. Après ce carnage, la vampire fut rebaptisé : Vassili, nom qu'il acquit et fructifia au cours de ce millénaire.

•••••••••••••••••••••••••••••••••••
Pendant près de 400 ans il passa son éternité au côté de sa créatrice, tombant irrésistiblement amoureux de celle qui l'avait délivré de sa misérable vie. Malheureusement, lors d'une attaque surprise Ophélia se fit tuer par un groupe de vampires. Anéanti, Ismaël n'eut d'autre raison de vivre que de pourchasser ces chiens qui avaient osé lui arracher sa bien aimée. Il les traqua et les tua un à un avant de sombrer dans une folie meurtrière impensable. Il massacra des villages entier en faisant disparaître les preuves, se délecta de la peur et du sang d'un nombre incalculable de victimes humaines. Puis il repris doucement le contrôle de lui – ce fut toutefois long et difficile - ne chassant pas pour autant son instinct de tueur.


•••••••••••••••••••••••••••••••••••
En 980 ans d'existence des rumeurs fusèrent à son sujet, murmures d'une peur sans nom parmi les rares survivants voir chez ses semblables. Profiteur et calculateur tout en restant à distance, l'immortel a su au fil du temps retrouver les bourreaux d'Ophélia, et aujourd'hui il ne lui en reste plus qu'un qu'il poursuit désespérément depuis si longtemps. Aux dernières nouvelles celui-ci se serait réfugier en Caroline du Sud. Voilà la raison de son aménagement récent dans ce trou paumé qu'est Camden.


Dernière édition par S. Vitaly-Yuri Vassili le Dim 17 Juin - 14:12, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

On perd souvent ce que l'on a de plus précieux au monde, mais on se rend compte très souvent qu'on tenait à eux plus qu'on ne l'imaginait au moment même où on les perd.

MESSAGES : 422
METIER : Gérante de Aldisio Antiquity, qui est une boutique d'antiquité
VOS ENVIES : M'éloigner un peu de la magie
SITUATION CIVIL : Actuellement en couple avec James, mais son coeur bat toujours pour Kenton
PSEUDO : Toxic Glam
CELEBRITE : Leighton Meester

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 9:31

je te le réserve si tu me réserves un lien -baff-

CHACE CHACE CHACE CHACE -okjesuisunehystérique-

Bon courage pour ta fiche ! What a Face

_________________

    I'M LOST BETWEEN TWO MEN
    Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



L'EMMERDEUR

« Enfer chrétien, du feu. Enfer païen, du feu. Enfer mahométan, du feu. Enfer hindou, des flammes. A en croire les religions, Dieu est né rôtisseur. »

MESSAGES : 205
METIER : Patron du Trackside Tavern, un endroit où sexe, drague, alcool, et drogue prolifèrent pour mon plus grand bonheur.
VOS ENVIES : Manipuler, jouer, tuer ... On peut faire beaucoup de chose avec les humains.
SITUATION CIVIL : Célibataire
CELEBRITE : Francisco Lachowski

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 9:35

Bienvenue parmi-nous !
Bon courage pour la suite de ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


DEVIL'S TEMPTATION
L'expression "mort naturelle" est charmante. Elle laisse supposer qu'il existe une mort surnaturelle, voire une mort contre nature.

MESSAGES : 58
METIER : Homme d'affaires de l'ombre à la tête de multinationales reconnues et de nombreux porte-feuilles d'actions en Bourse. En somme il ne manque de rien mais préfère rester anonyme de ce côté là.
VOS ENVIES : Se venger, s'amuser avec sa poupée et profiter des plaisirs de Camden.
SITUATION CIVIL : Célibataire mais considère une certaine blondie comme sa propriété.
PSEUDO : Citizen •WaR ©
CELEBRITE : Chace Crawford

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 9:35

IZMA ; LEIGHTON Avec plaisir pour le lien *-*

Merci beaucoup

ROMAN ;
Merci bien Cisco


Dernière édition par S. Vitaly-Yuri Vassili le Dim 17 Juin - 9:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MESSAGES : 60
VOS ENVIES : retrouver mon frère ~ devenir quelqu'un d'importante ~ boire à outrance.
SITUATION CIVIL : célibataire
PSEUDO : blackroses.
CELEBRITE : Phoebe Tonkin

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 9:35

CHACE
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


DEVIL'S TEMPTATION
L'expression "mort naturelle" est charmante. Elle laisse supposer qu'il existe une mort surnaturelle, voire une mort contre nature.

MESSAGES : 58
METIER : Homme d'affaires de l'ombre à la tête de multinationales reconnues et de nombreux porte-feuilles d'actions en Bourse. En somme il ne manque de rien mais préfère rester anonyme de ce côté là.
VOS ENVIES : Se venger, s'amuser avec sa poupée et profiter des plaisirs de Camden.
SITUATION CIVIL : Célibataire mais considère une certaine blondie comme sa propriété.
PSEUDO : Citizen •WaR ©
CELEBRITE : Chace Crawford

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 9:36

OMG TONKIN Merci *O*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

You can hate me, but we both want the same thing. And you know..I always get what I want.

MESSAGES : 490
VOS ENVIES : Kill somebody.
SITUATION CIVIL : Complicated.
PSEUDO : Curious
CELEBRITE : Nina Dobrev

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 9:51

Bienvenue parmi nous

_________________

But I need one more touch another taste of heavenly rushl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://murderyoursoul.forumactif.fr
avatar



On a tous besoin de croire que quelque chose existe au delà de la banalité du quotidien.


MESSAGES : 186
METIER : Videur au Trackside Tavern, homme de main de son boss
VOS ENVIES : Destructrices, empoissonées et malsaines
SITUATION CIVIL : Volage depuis qu'elle n'est plus là.
PSEUDO : Mags
CELEBRITE : Jamie Dornan

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 10:21

Crawford en vampire

Bienvenue et bon choix d'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« And in this lonely hour, when you rest your weary head. Well I'll be watching you and on tiptoe creep to your bed. And if you ever leave me...I will never let you go. You will always know, I will be yours to have and hold... »

MESSAGES : 388
VOS ENVIES : Elles sont nombreuses mais terriblement destructrices.
SITUATION CIVIL : Leave me alone.
PSEUDO : Woodwinked
CELEBRITE : Amber Heard.

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 11:20

CRAWFORD.
Bienvenue parmi-nous et bonne chance pour la suite de ta fiche.

_________________

Angie Northedge
« With no loving in our souls, Angie. » The wise man said just find your place, in the eye of the storm. Seek the roses along the way, just beware of the thorns. Close your eyes and your will find, the way out of the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MESSAGES : 31
SITUATION CIVIL : Célibataire
PSEUDO : Emma
CELEBRITE : Mila Kunis

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 11:45

Bienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


DEVIL'S TEMPTATION
L'expression "mort naturelle" est charmante. Elle laisse supposer qu'il existe une mort surnaturelle, voire une mort contre nature.

MESSAGES : 58
METIER : Homme d'affaires de l'ombre à la tête de multinationales reconnues et de nombreux porte-feuilles d'actions en Bourse. En somme il ne manque de rien mais préfère rester anonyme de ce côté là.
VOS ENVIES : Se venger, s'amuser avec sa poupée et profiter des plaisirs de Camden.
SITUATION CIVIL : Célibataire mais considère une certaine blondie comme sa propriété.
PSEUDO : Citizen •WaR ©
CELEBRITE : Chace Crawford

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 13:04

KATHRYN ; Nina Merci

MATTHEW ; FUCKING JAMIE Merci mais toi aussi tu gères trop !! *-*
Je voulais faire de cette gueule d'ange un véritable démon

ANGIE ; SEXY AMBER Thanks ♥️_♥️

KENDALL ; Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

On perd souvent ce que l'on a de plus précieux au monde, mais on se rend compte très souvent qu'on tenait à eux plus qu'on ne l'imaginait au moment même où on les perd.

MESSAGES : 422
METIER : Gérante de Aldisio Antiquity, qui est une boutique d'antiquité
VOS ENVIES : M'éloigner un peu de la magie
SITUATION CIVIL : Actuellement en couple avec James, mais son coeur bat toujours pour Kenton
PSEUDO : Toxic Glam
CELEBRITE : Leighton Meester

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 14:32

Tout est bon je te valide et bon jeu

_________________

    I'M LOST BETWEEN TWO MEN
    Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


DEVIL'S TEMPTATION
L'expression "mort naturelle" est charmante. Elle laisse supposer qu'il existe une mort surnaturelle, voire une mort contre nature.

MESSAGES : 58
METIER : Homme d'affaires de l'ombre à la tête de multinationales reconnues et de nombreux porte-feuilles d'actions en Bourse. En somme il ne manque de rien mais préfère rester anonyme de ce côté là.
VOS ENVIES : Se venger, s'amuser avec sa poupée et profiter des plaisirs de Camden.
SITUATION CIVIL : Célibataire mais considère une certaine blondie comme sa propriété.
PSEUDO : Citizen •WaR ©
CELEBRITE : Chace Crawford

MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   Dim 17 Juin - 15:02

Merci bien ma belle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "   

Revenir en haut Aller en bas
 

VITALY ◮ " Je vais te raconter une histoire qui va te ratatiner les couilles genre raisins secs. "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nothing But the Blood :: Feeling A Moment :: Fiches validées-